Rodania est de retour

Rodania est de retour. Une fois de plus, l’air bien connu, qui a un statut légendaire parmi les fans de cyclisme, sera entendu dans la course. Malheureusement, Manfred Aebi, décédé en avril de cette année, ne vivra plus pour le voir.

Mais une chose est sûre : cette personnalité exceptionnelle a laissé son empreinte non seulement sur la marque qu’il a fait grandir, mais aussi sur le monde du sport belge en général.

Premiers pas

Tout a commencé lorsque Manfred, à l’age de 16 ans, effectuait un stage à l’usine Rodania pendant ses études secondaires. L’horlogerie devient sa passion et il est ravi lorsqu’à 18 ans, l’horlogerie lui propose un contrat permanent. Il y parcourt différents départements et se voit offrir la possibilité de représenter la marque à l’étranger. L’ambitieux Manfred choisit la Belgique, la raison principale étant qu’il peut y perfectionner son français. Cette décision marquera le début d’une grande histoire d’amour qui changera sa vie, ainsi que celle de l’industrie et des Belges en général.

Des débuts difficiles

Manfred se retrouve immédiatement dans une situation délicate. La marque avait du mal à décoller dans notre pays, et il y avait le fait que le directeur général de l’époque, sans frapper à la porte des distributeurs officiels belges, avait travaillé en direct avec les chemins de fer belges pour les montres qu’ils offraient en cadeau à leur personnel, qui étaient ensuite livrées directement de Suisse. Résultat : les distributeurs belges mécontents tournaient le dos à la marque en masse.
Notre Suisse arrive à limiter les dégâts et se lance dans le travail avec la persévérance qu’on lui connaît. Il réorganise la comptabilité, le service des expéditions et n’hésite pas à rendre visite aux clients potentiels personnellement à travers le pays. Sa connaissance du néerlandais est encore très limitée à ce moment-là, mais grâce à son charme désarmant, il est bien accueilli par tous les clients et parvient rapidement à développer considérablement l’entreprise.
Mais les clients ne sont pas les seuls à tomber sous son charme, car entre-temps, le captivant Aebi avait aussi conquis le cœur de sa secrétaire à l’époque, Simone Verlinden. Le couple a non seulement construit Rodania ensemble, mais a également fondé une famille heureuse, bénie par trois enfants : Chris, Dany et Belinda.

Une grande famille

L’équilibre entre la vie professionnelle et le vie privée, reconnaissance, approche individuelle : Manfred Aebi a été un précurseur de ce qui deviendra plus tard la clé des politiques RH. Il laissait ses enfants libres, à condition qu’ils connaissent plusieurs langues. Après un certain temps, cependant, tous trois ont opté pour l’entreprise familiale. Et le mot famille peut ici être interprété de manière large. Et les membres du personnel fidèles, qui étaient eux-mêmes considérés comme faisant partie de la famille, savaient qu’après le travail, ils ne devaient plus s’attendre à recevoir des appels téléphoniques ou, plus tard, des mails, mais avaient au contraire tout le temps pour se consacrer à leur propre famille, qui était sacrée pour Manfred.

Pionnier du marketing de terrain

Manfred était aussi et surtout un pionnier dans le domaine du marketing. Sans passer par une agence, puis avec Radio Violette, il a élaboré une stratégie où le partenariat et le bon sens étaient de mise. Avant d’entreprendre quoi que ce soit, l’homme d’affaires avisé calculait combien il pouvait investir, en tenant compte des bénéfices actuels et des opportunités futures. Ses premiers exploits se situaient dans le monde du football, où la marque était initialement mentionnée avant le match et pendant la mi-temps. Mais le cyclisme, sport belge par excellence, le séduisait également. Pendant la course, il était chauffeur de la voiture promotionnelle, en parlant au micro de Rodania et des endroits où on pouvait acheter ses montres, tandis que les enfants s’amusaient sur le siège arrière, en distribuant des boîtes d’allumettes aux spectateurs. Sa frustration, cependant, était que son message n’était pas toujours bien compris, car lorsqu’il était terminé, il avait déjà parcouru une bonne distance, de sorte que les spectateurs n’en entendaient qu’une partie. Un soir, cependant, alors qu’il rentrait chez lui en voiture, il entendait la cinquième symphonie de Beethoven à la radio. Immédiatement il comprenait que les premières notes « ta ta ta taa » pourraient devenir « Ro-da-ni-aa ». Avec son partenaire régulier, Radio Violette, il peaufina le message, interprété par un trompettiste et un chanteur. Le succès fut immédiat.

Les fans, équipés des montres de la marque, avaient bien compris qu’ils devaient s’écarter de la rue lorsqu’ils entendaient la mélodie qui annonçait l’arrivée des coureurs sortir des haut-parleurs. Un jour, quand Manfred a voulu moderniser la mélodie, la police et les directeurs de course ont d’ailleurs paniqué, car la voiture Rodania leur facilitait grandement la tâche…

Belgitude

Le partenariat était un mot sacré pour Manfred, et des dieux du cyclisme tels que Briek Schotte, Frans Verbeeck, Eddy Merckx, Walter Godefroot et Roger de Vlaeminck, n’ont donc pas hésité un instant à associer leur nom à la marque de montres populaire.
Lorsque les montres chronographes sont devenues populaires, Manfred Aebi avait encore une fois immédiatement compris, pour lancer une nouvelle série mettant en scène le héros belge de la Formule 1, Thierry Boutsen. Notre recordman olympique national, le joueur de tennis de table Jean-Michel Saive, a également obtenu sa propre montre-bracelet.
La devise de ce Belge désormais pur-sang, qui avait repris la marque lui-même dans les années 1990, était simple : « Les gens sont à la recherche de leur identité et admirent les personnes qui la représentent. »

Retour aux racines

Aujourd’hui, après quelques années de silence radio, la marque a été reprise par Patrick Gelder, Christian Frommherz et Jan Ausloos, un fidèle de longue date de la marque, à laquelle il a consacré sa vie depuis 1978 et qui affirme avoir tout appris de Manfred Aebi.
La recette reste inchangée : des montres étanches (de 3ATM à 20 ATM, selon le modèle) avec verre saphir, fabriquées selon les normes de qualité suisses et à des prix démocratiques (entre 99 et 499 euros), qui, outre les 217 points de vente en Belgique, sont également en vente dans le reste du Benelux, en France, au Royaume-Uni, en Russie (19 boutiques dans les meilleurs endroits) et en Pologne. La légendaire voiture Rodania est également de retour : durant le mois d’aout, la célèbre mélodie a été diffusée dans pas moins de 62 courses !
Mais la chose la plus importante que Jan Ausloos a appris de son grand exemple concerne la loyauté inconditionnelle envers ses partenaires, d’où son choix délibéré pour un réseau de distributeurs et pas de vente directe via l’internet. Et ainsi… la boucle est bouclée.

Nous remercions de tout cœur Mme Simone Aebi-Verlinden et sa fille Chris qui, dans une conversation désarmante, nous ont donné un aperçu de la vie d’un homme qui a changé la vie de tellement de gens.